Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

A travers tous les thèmes qu’il aborde (portraits, figures, natures mortes, chevaux, paysages urbains, marines), Armen Saakyan peint avec des styles très divers qui vont du classicisme à l’abstrait en passant par le cubisme, le purisme et l’expressionnisme.

Quand il peint ses nus, il recouvre la toile d’une couleur chaude (rouge, ocre, brun, terre de Sienne), le modèle se couche ensuite dans une position donnée et le peintre modifie les empreintes laissées par le corps jusqu’à ce que celles-ci correspondent à l’image qu’il avait en tête avant même qu’il ne donne le premier coup de pinceau. 

Les nus représentés ne se détachent pas du tableau, parfois même le modelé semble s’estomper jusqu’à presque s’évanouir pour ne faire plus qu’un avec la toile. C’est l’utilisation de la même gamme chromatique pour le sujet et le fond qui donne cet aspect d’unicité plastique. La présence de certaines ombres et l’ajout des couleurs rouge ou verte dans certains tableaux donnent un sentiment de léger mouvement, comme si certains des nus représentés voulaient nous faire part d’un secret. 

Les formes épurées de ses natures mortes s’épanouissent dans un environnement serein où nul élément superfétatoire ne vient perturber l’harmonie à la fois intime et pleine de vie (symbolisée, dans l’un de ses tableaux, par un œuf) de l'image représentée. Tout son travail s’articule autour de la  perception de la lumière et c’est en disposant le plus précisément possible des objets du quotidien qu’il arrive à travailler au mieux la dualité ombre/lumière et les contrastes qui en découlent. 

Il peint ses paysages et ses marines d’après nature à l’île de Ré ou à Magné. Les couleurs qu’il couche sur la toile ne correspondent pas réellement à celles qu’il perçoit, mais bien plutôt à celles qu’il ressent intérieurement. Le décalage qui s’opère ainsi entre couleurs réelles et couleurs ressenties, allié à une lumière naturelle, poétisent l’atmosphère qui se dégage de la peinture. Quant à la juxtaposition des verticales, horizontales et diagonales, cela donne une profondeur particulière aux tableaux dont certains éléments (comme les bateaux) frôlent parfois l’abstraction.

Pour cette nouvelle exposition proposée à la Galerie des Glaces, Armen Saakyan nous emmène dans des paysages urbains où prédominent de nombreuses nuances de gris et ou les personnages, de face, de dos ou de profil, marchent, seuls ou en groupe, dans une étrange et même aérienne légèreté tant le sol semble se dérober sous leurs pieds à certains moments. Celui-ci devient miroir et la clarté limpide qui en découle ouvre les toiles au-delà d’elles-mêmes et humanise étonnamment la froidure à laquelle nous faisons face et la solitude à la fois belle et glacée qui s’en dégage.

Stéphane Richard

Armen Saakyan
Armen Saakyan

Galerie des Glaces. 8 quai de Versailles. Nantes.

Jusqu’au vendredi 22 février 2013.

Du mardi au samedi de 11h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30.

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog