Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

Photographe et artiste numérique norvégienne, Daria Endresen nous dévoile, à travers ses photographies (essentiellement des autoportraits), son univers intérieur pour le moins fécond et singulier. Une atmosphère onirique et fantastique se dégage de celles-ci, oscillant entre sublimation de la douleur et beauté éthérée. Ces corps torturés, souffrants, solitaires, abandonnés, ne relèvent ni d’un glauque suranné ni d’un sadisme usé jusqu’à la corde et une quasi absence de sang en témoigne si besoin était. Ils nous apparaissent inaccessibles, à la fois hors du temps, énigmatiques, envoûtants, et, même si des sentiments troubles se bousculent en nous, nulle noirceur ne se dégage de ces portraits parfois mélancoliques qui semblent tout droit sorties d’un rêve.

Ces corps de femmes empreints de sensualité, et dont la blancheur de la peau évoque la pureté et l’innocence de notre condition première, sont le prolongement et l’expression du subconscient de l’artiste et du combat intime qu’elle mène dans sa recherche éperdue, non pas seulement de sa féminité, mais également de sa véritable nature d’être humain. Le corps devient la métaphore de cette quête qui est non seulement la sienne mais celle de chacun d’entre nous, tiraillés que nous sommes entre ombres et lumière, entre souffrance et espoir, entre chaos et rédemption, quand une réelle et profonde intériorité nous guide. Une quête essentielle et spirituelle pour nous libérer de nos superstitions, de nos peurs, de nos croyances absurdes, des dogmes insensés qui nous enferment dans une vision fausse et délétère de la vie, prisons intimes symbolisées notamment par des fils dans certaines de ses photographies ou par l'ablation d'ailes dans telle autre, nous réduisant au rôle de simple pantin et nous empêchant d’être ce que nous sommes en vérité.

Ni peur ni désespoir dans cet univers surréel où le corps lui-même semble n’être qu’un songe, l’âme et la chair ne faisant plus qu’un dans un entre-deux mondes où le réel le dispute à l’imaginaire. L’art de Daria Endresen est une fascinante allégorie du combat titanesque qui est à l’œuvre dans chaque destinée humaine pour se libérer de l’ignorance nourrie par les limites de notre mental et par l’obscurantisme qui en découle. Il est un chemin initiatique à fleur de chair qui évite l’écueil de la morbidité, un art d’un grand esthétisme où le mystère demeure entier et fait office de maïeutique.

Stéphane Richard

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Crédit photo Daria Endresen

Vous pouvez retrouver Daria Endresen sur son site: www.dariaendresen.com.

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog