Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

Peintre éminemment symboliste, Georges Mazilu s’inscrit de manière magistrale dans la longue histoire de l’art occidental et nous fait irrésistiblement penser à l’univers pictural de Jérôme Bosch. D’une grande richesse chromatique tout en nuances et en subtilité, les tableaux du peintre nous montrent différents personnages pour le moins pittoresques. Qu’il s’agisse de portraits d’une grande beauté ou d’êtres hybrides provenant d’un bestiaire fantastique, ces personnages nous offrent toutes les palettes des sentiments et des comportements humains. Les fonds, de couleurs sombres et sans éléments anecdotiques pour nous distraire de l’essentiel, les mettent en valeur et nous amènent ainsi à nous concentrer sur leurs physionomies, leurs gestes et les relations qu’ils entretiennent entre eux ou avec des êtres étranges mi-humain mi-animal. Ils posent, seuls ou en couple, tels des aristocrates des temps jadis, jouent aux cartes, s’adonnent à la musique ou se préparent à d’éventuels jeux sexuels dont nous ne savons pas s’ils se concrétiseront ou non.

Les scènes représentées, mystérieuses et fascinantes, semblent être allégoriques, voire ésotériques, provoquant notre curiosité et nous donnant des frissons tant il nous semble assister à des événements auxquels nous ne sommes pas conviés, ignorants que nous sommes de ce qui se trame devant nous. Certaines scènes peuvent nous rappeler nos propres vies mais nous sentons bien qu’il y a beaucoup plus à comprendre que ce que nous voyons et que la réelle signification de l’action nous échappe comme si celle-ci était réservée à des initiés. La magnifique lumière qui éclaire ces énigmatiques figures donne une grande force plastique à l’image mais ne nous dévoile aucunement le mystère qui s’y rattache même si celui-ci nous effleure de sa présence. Georges Mazilu nous plonge, à travers une peinture intemporelle et d’une beauté indéniable, au cœur d’une humanité en proie à l’ennui, au doute, à la peur, à l’absurde de l’existence, à sa fragilité et aux subterfuges qu’elle invente pour y échapper. En vain. Ses tableaux, miroirs de nos propres vies, nous font prendre conscience du chemin indicible qui mène à ce qui est de toute éternité, à ce qui sous-tend et au sens profond de nos vies, au-delà du divertissement, de l’apparence et du temps qui passe. Libre à nous de l’emprunter.

Stéphane Richard

 

 

Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu
Georges Mazilu

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog