Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

Julie de Waroquier réussit ce tour de force à nous montrer à quel point la réalité qui nous entoure n’est pas objective, donnée une fois pour toutes, mais qu’elle est affaire d’interprétation perpétuellement renouvelée. Le monde que nous percevons évolue sur cette crête ténue et improbable que l’on appelle « conscience », celle-ci nous permettant d’appréhender le réel de façon rationnelle ou irrationnelle et donc d’explorer sous des angles différents la vie et tous les chemins que celle-ci nous offre. L’imagination féconde de Julie de Waroquier remet en question ce monde dans lequel nous évoluons et nous emmène sur des chemins de traverse loin de nos certitudes et de notre effrayant manque d’émerveillement. Chacune de ses photographies nous raconte une histoire entre rêve et mystère, entre onirisme et objets du quotidien, entre légèreté et gravité. Avions, parapluies, mouettes, loups, horloges, trains, barques, arbres, cygnes, aigles, pavés, sable, eau… les références à la réalité que nous connaissons sont multiples. Elle les intègre dans des scènes qui, dans la plupart des cas, n’existent pas dans notre environnement mais qui n’en sont pas moins toutes aussi réelles que celles que nous pouvons voir autour de nous puisque chacune d’entre elles est une création de l’esprit et que l’esprit et la matière, dans une interaction éternelle, s’engendrent l’un l’autre. Ces scènes, où elle est souvent photographe et modèle, sont la résultante d’une fertile introspection qui lui permet, grâce à une intimité avec elle-même d’une grande force créatrice, de donner à voir, à vivre serait plus exact, des images très personnelles tout en étant profondément universelles.

Ses photographies ne sont pas un refus ou une simple échappatoire (purement illusoire au demeurant) à la dureté et au cynisme de notre monde actuel mais une manière de le percevoir, de le penser et de le ressentir sous un nouveau jour. L’artiste donne sens à la vie, à la beauté, à l’être humain, refusant la facilité destructrice ou simplement provocatrice (quand elle n’est pas purement d’ordre pécuniaire) de nombreux artistes d’aujourd’hui qui, pensant dénoncer les horreurs d’une société malade d’elle-même, ne font qu’ajouter de la laideur à la laideur et de la vacuité à la vacuité de notre époque. D’une grande poésie visuelle et démentant ceux qui clament l’absurdité de la vie, l’art de Julie Waroquier est une fontaine de créativité (et de jouvence) où se ressourcer. Il est inventif, foisonnant de trouvailles, jubilatoire, émotionnel, teintée de mélancolie parfois, voire inquiétant quand elle nous donne à voir certaines horloges, fissures et autres déchirures, comme si l’artiste voulait nous dire que, au-delà de la beauté du monde, le temps qui passe inexorablement sans espoir de retour, était, malgré tout, l’alpha et l’oméga de toute vie, de tout cheminement personnel… mais son art demeure néanmoins une ode à la vie, à l’être humain et à la beauté du monde.

Stéphane Richard

Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier
Julie de Waroquier

Un grand merci renouvelé à Julie de Waroquier qui m’a autorisé à mettre le magnifique et envoûtant court-métrage intitulé « Rêvalités » dans ARTYS, film basé sur son travail photographique et dont elle a signé le texte. « Rêvalités », réalisé par Damien Steck, est l’adaptation cinématographique du livre du même nom publié en 2012 aux Editions KnowWare.

. Dix-huitième Biennale Internationale de l’Image.

Site Alstom. 50 rue Oberlin, 54 000 Nancy.

Du samedi 3 mai au dimanche 18 mai 2014. (Exposition collective).

Horaires d’ouverture : 03 83 98 80 08.

. Vous pouvez également aller sur www.juliedewaroquier.com.

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog