Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

Ce serait se méprendre sur la genèse du travail d’Hubert Paressant que de parler d’œuvres abstraites au sujet de ses tableaux. Son inspiration provient de son environnement immédiat, qu’il s’agisse de lieux, d’objets du quotidien ou de la nature elle-même. Il s’imprègne de ce qui l’entoure, des événements qui s’y déroulent (d’un verre cassé à des algues en passant par un feu de bois) et laisse ses ressentis mûrir longuement avant de les retranscrire sur la toile. Il s’est ainsi construit une sorte de bréviaire tout au long de sa vie dont il pose les motifs sur la toile au gré de ses créations.

Ses tableaux sont le résultat d’un patient processus proche de l’expérimentation qui consiste à travailler et à retravailler chacun d’entre eux jusqu’à ce qu’il obtienne l’image recherchée. Il passe de nombreuses couches de peinture et n’hésite pas à changer, non seulement les couleurs, mais les motifs eux-mêmes au sein d’une même toile. Il en résulte des œuvres très maîtrisées et très diversifiées (d’un all over architecturé à un minimalisme signifiant) qui nous entraînent dans notre propre imaginaire.

Stéphane Richard

Hubert Paressant

Espace d’art contemporain « Café des Négociants ».

26 rue Alsace-Lorraine. Rezé.

Du jeudi 14 au dimanche 24 février 2013.

Du jeudi au samedi de 14h00 à 19h00. Le dimanche de 14h00 à 18h00.

Publié par Stéphane Richard sur

Après Prague, Santa Fé, Santa Barbara, Woodstock, Gand et Durango, le photographe tchèque Kamil Vojnar pose, non pas ses valises, mais ses ailes de petit génie créateur à la Galerie Montesquieu avec une série d’images intitulée « Flying Blind ».

Nous sommes saisis d’un sentiment trouble de solitude et d’abandon face à ces femmes et à ces hommes esseulés dans des intérieurs plus moins délabrés ou des paysages urbains anonymes bien qu’il n’y ait pas de souffrance apparente. Sont-ils d’ailleurs réellement des êtres humains ou bien n’assistons-nous pas à la métamorphose d’anges, déchus pour certains d’entre eux et en devenir pour d’autres ? A moins que ces scènes d’une grande poésie et d’une rare élégance auxquelles nous faisons face ne nous parlent de l’indicible condition de l’être humain qui, dans différentes positions introspectives que l’on peut qualifier de chorégraphiques, ne décide finalement pas de sa destinée. Pas de violence, pas de heurts, mais des scènes étranges et oniriques, d’une fragilité à la fois éthérée et spirituelle, parfois stylisées en unités géométriques qui se superposent au niveau des visages, accentuant la scène représentée en lui donnant une profondeur supplémentaire.

En regardant les photographies de Kamil Vojnar, nous nous surprenons à en parler comme s’il s’agissait de tableaux tant il réussit ce tour de force d’abolir la frontière entre peinture et photographie grâce au traitement qu’il inflige à celles-ci (vernis, vernis à céramique, acide d’acrylique, cire, peinture, grattages éventuels). Parfaite maîtrise technique et poésie visuelle inoubliable, n’hésitez pas à venir vous imprégner des œuvres de cet artiste incontournable.

Stéphane Richard

Galerie Montesquieu. 4 place de la Monnaie. Nantes.

Jusqu’au samedi 23 février 2013.

Du mardi au samedi de 14h30 à 19h00.

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog