Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Artys

Revue axée sur les Arts Plastiques

Publié par Stéphane Richard sur

Dans ce lieu atypique qu’est l’Atelier Expo situé près de l’ancien Palais de Justice, Alain Duchesne expose ses sculptures étranges à la fois fascinantes, inquiétantes, provocantes même, et d’une beauté formelle indéniable. Il s’approprie des objets manufacturés liés à l’artisanat tels que des haches, des marteaux, des tenailles ainsi qu’un clou géant (image de la démesure de l’homme devenu démiurge ?) et une très belle faux noire, symbole de la mort mais aussi archétype sexuel, féminin en l’occurrence, puisque l’on aperçoit, en s’approchant de celle-ci, une "touffe" d’épines noires ("de noir Jésus" aurait pu dire Léo Ferré), parfaite symbolisation de l’intrication sexe/(re)production/mort.

En détournant ces outils de leur fonction première et en les transformant en œuvres d’art grâce à ces épines magnifiques et énigmatiques de toutes les couleurs, l’artiste nous donne à réfléchir à notre action sur notre environnement, à ce que nous créons et détruisons et, en définitif, à ce que nous faisons subir aux autres et à nous-mêmes. Il ne s’agit pas ici d’un simple "jeu" visuel mais, bien au contraire, d’une critique radicale du monde que nous avons créé et qui déstabilise notre "je" quand nous comprenons à quel point nous sommes fragiles malgré nos savoir-faire et nos technologies et que ceux-ci, à tout moment, pourraient se retourner contre nous.

Ces objets nous racontent l’histoire de l’humanité depuis que l’homme, après avoir quitté son état de nomade et de cueilleur, s’est lancé dans cette quête digne des dieux qui consiste à maîtriser la nature, à la transformer à son seul et unique profit, à la piller, à la détruire et, en conséquence, à se détruire lui-même. Cependant, Alain Duchesne ne nous parle pas de la destruction physique de l’humanité mais de la déstructuration de la psyché humaine. En témoignent ces pots de confiture remplis eux aussi d’épines et sobrement renommés "Déconfiture de l’usure de soi", "Déconfiture des vieux savoirs", "Déconfiture de la conscience", "Déconfiture des brisures intimes" (parmi de nombreux autres). Pots de confiture détournés et imprégnés d’un féroce humour noir qui agit comme un miroir pour chacun d’entre nous et qui en dit long sur l’époque en pleine mutation que nous vivons et les valeurs qui furent nôtres des siècles durant et qui semblent disparaître pour laisser la place à cet inconnu qui engendre la peur et la violence. Peut-être bien d'ailleurs que les trois couronnes d’épines (rappelant par la force de l’image le Christ et la Sainte-Trinité) suspendues au-dessus du vide, seules, comme abandonnées, ne sont plus que le témoignage déjà lointain de ce monde ancien que nous sommes en train de quitter.

Esthétisation belle et cruelle de l’outil comme métaphore de notre affranchissement (illusoire) de la nature pour un nouvel asservissement qui semble nous libérer (vrai en partie) de notre condition première, Alain Duchesne nous montre que notre époque recèle en elle tous les possibles. Celui d’une réelle liberté dans un futur plus ou moins proche si nous savons faire preuve d’intelligence et nous libérer de nos peurs, ou celui d’une régression que l’on pressent actuellement avec le retour des obscurantismes et du veau d’or, et donc de la barbarie qui les accompagnent, barbarie qui sait se servir des outils les plus performants pour asservir les corps et les esprits.

Stéphane Richard

Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne
Alain Duchesne

Atelier Expo. 14 rue Joseph-Caillé. Nantes.

Du mercredi 26 juin au samedi 6 juillet 2013.

Ouvert tous les jours de 11h00 à 13h30 et de 14h30 à 19h00.

À propos

Artys

“Revue axée sur les Arts Plastiques. ”

Rédigé par Stéphane Richard

Articles récents

Hébergé par Overblog